La fréquence des issues défavorables de la grossesse a augmenté chez les patientes atteintes de diabète gestationnel

La fréquence des issues de grossesse multiples aux États-Unis a augmenté chez les femmes enceintes atteintes de diabète gestationnel de 2014 à 2020, selon de nouvelles découvertes.

Les données montrent une augmentation statistiquement significative de la fréquence globale de la prééclampsie ou de l’hypertension gestationnelle (4,2 % [95% CI, 3.3% to 5.2%]), transfusionnelle (8,0 % [95% CI, 3.8% to 12.4%]), naissance prématurée à <37 semaines (0,9 % [95% CI, 0.3% to 1.5%]), et l'admission à l'USI néonatale (1,0 % [95% CI, 0.3% to 1.7%]).

«L’analyse actuelle, qui était axée sur les résultats de la grossesse, s’appuie sur une publication récente utilisant les statistiques de l’état civil des États-Unis entre 2011 et 2019 qui a révélé que la prévalence du diabète gestationnel augmentait parmi tous les sous-groupes de race et d’origine ethnique et dans tous les groupes d’âge, mais plus encore parmi Sous-groupes asiatiques / insulaires du Pacifique et hispaniques / latins par rapport aux individus blancs », a écrit l’auteur de l’étude Kartik K. Venkatesh, MD, PhD, Département d’obstétrique et de gynécologie, Division de médecine fœtale maternelle, Université d’État de l’Ohio.

Les données des fichiers de natalité du National Center for Health Statistics (NCHS) des Centers for Disease Control and Prevention de 2014 à 2020 ont été recueillies et utilisées dans une étude descriptive transversale en série.

Les enquêteurs ont comparé les résultats de la grossesse chez les Amérindiens non hispaniques, les Asiatiques/insulaires du Pacifique non hispaniques, les Noirs non hispaniques et les Hispaniques/Latinas avec des personnes blanches non hispaniques (groupe de référence) atteintes de diabète gestationnel. Ils ont exclu les personnes de moins de 15 ans ou de plus de 44 ans.

Les issues de grossesse indésirables d’intérêt comprenaient les issues maternelles (tout accouchement par césarienne, accouchement par césarienne primaire, hypertension gestationnelle ou prééclampsie, admission aux soins intensifs et transfusion) et les issues néonatales (grosse pour l’âge gestationnel, petite pour l’âge gestationnel, macrosomie, tout accouchement prématuré et admission à l’USIN).

Afin de décrire l’évolution des taux d’effets indésirables au fil du temps dans l’ensemble et par sous-groupes raciaux et ethniques, les enquêteurs ont calculé la variation annuelle moyenne en pourcentage (APC).

L’échantillon final de l’étude actuelle comprenait 1 560 822 des 1 607 216 naissances vivantes uniques non anormales (97 %) de personnes atteintes de diabète gestationnel (âge médian, 31 ans). Les données montrent que 1 % étaient des Indiens d’Amérique, 13 % des Asiatiques/Insulaires du Pacifique, 12 % des Noirs, 27 % des Hispaniques/Latinas et 48 % étaient des Blancs.

Au cours de la période d’étude, la fréquence globale de la prééclampsie ou de l’hypertension gestationnelle, de la transfusion maternelle, de l’accouchement prématuré à moins de 37 semaines et de l’admission à l’USIN a connu une augmentation significative.

Cependant, la fréquence des accouchements par césarienne a diminué de manière significative, passant de 416,1 (IC à 95 %, 413,9 à 418,3) à 397,6 (IC à 95 %, 395,8 à 399,5) pour 1 000 naissances vivantes, avec une APC moyenne de -1,4 % (IC à 95 %, – 1,7% à -1,1%).

D’autres diminutions significatives ont été observées dans l’accouchement par césarienne primaire (APC moyenne, -1,2 %[ICà95 %-15 %à-09 %)etlamacrosomie(APCmoyenne-47 %[ICà95 %-53 %à-40 %)IC-15 %à-09 %)etmacrosomie(moyenneAPC-47 %[ICà95 %-53 %à-40 %)[95%CI-15%to-09%)andmacrosomia(meanAPC-47%[95%CI-53%to-40%)DatashowthefrequencyandrateofmaternalICUadmissiondidnotsignificantlychangeinthestudyperiod[95%CI-15%to-09%)andmacrosomia(meanAPC-47%[95%CI-53%to-40%)DatashowthefrequencyandrateofmaternalICUadmissiondidnotsignificantlychangeinthestudyperiod

Les enquêteurs ont observé que les personnes noires présentaient un risque significativement accru de la plupart des résultats de grossesse indésirables évalués, mais présentaient un risque significativement plus faible de grand pour l’âge gestationnel (LGA) et de macrosomie. Les patientes amérindiennes couraient un risque significativement accru des résultats évalués, à l’exception de l’accouchement par césarienne et de l’AGG.

De plus, les personnes hispaniques/latinas présentaient un risque significativement accru d’accouchement par césarienne, d’accouchement par césarienne primaire, d’admission maternelle aux soins intensifs, de SGA, d’accouchement prématuré et d’admission à l’USIN, mais présentaient un risque significativement plus faible de prééclampsie ou d’hypertension gestationnelle, d’AGG et de macrosomie.

Les enquêteurs ont noté que les disparités raciales et ethniques observées dans le risque d’effets indésirables ont persisté de 2014 à 2020.

L’étude, “Risque d’issues défavorables de la grossesse chez les personnes enceintes atteintes de diabète gestationnel par race et origine ethnique aux États-Unis, 2014-2020”, a été publiée dans JAMA.

Leave a Comment