43 infirmières qui s’occupent de personnes sans logement à Toronto sont licenciées alors que le financement provincial en cas de pandémie prend fin | Nouvelles

Pendant plus d’un an, l’infirmière autorisée Daniela Graziano s’est occupée de certaines des personnes sans logement les plus vulnérables de Toronto qui séjournent à l’hôtel Delta de Scarborough et a établi des relations de confiance avec elles.

Aujourd’hui, cependant, ce sera difficile car c’est son dernier quart de travail là-bas.

Graziano, l’une des 43 infirmières en cas de pandémie d’Inner City Health Associates (trois infirmières praticiennes, 26 infirmières autorisées et 14 infirmières auxiliaires autorisées), ne part pas par choix. Au lieu de cela, le financement de 6,5 millions de dollars du ministère de la Santé de l’Ontario, désigné par COVID et limité dans le temps, qui lui verse son salaire, a pris fin et n’est pas renouvelé.

“C’est vraiment triste”, a déclaré Graziano, qui a été embauché par le groupe de santé du centre-ville en juillet 2020 dans le cadre d’un contrat à durée déterminée pour travailler dans ses divers programmes de réponse à la pandémie. Ces programmes fournissent des soins cliniques à l’hôtel d’isolement/récupération de la COVID-19 de Toronto et dans sept des hôtels-refuges de Toronto, des services d’approche dans la rue/le campement, des soins virtuels, des vaccinations et d’autres efforts connexes de promotion de la santé.

Graziano a déclaré qu’elle et ses collègues infirmières temporaires, qui sont tous membres de SEIU Healthcare, se soucient profondément du travail qu’ils font et de la population qu’ils desservent, et savent qu’ils travaillent dans un secteur qui manque cruellement de ressources.

“(Couper nos emplois) n’a pas de sens … Il y a un besoin si énorme, un tel déficit”, a-t-elle déclaré, ajoutant que beaucoup de travail qu’ils ont fait au cours des deux dernières années n’est, en fait, pas COVID- 19 liés.

Inner City Health Associates – la plus grande organisation de santé pour les sans-abri au Canada – a déclaré avoir récemment obtenu la confirmation de la province qu’elle recevrait environ 4,5 millions de dollars en financement non COVID. Le directeur médical, le Dr Andrew Bond, a déclaré que l’argent serait utilisé pour maintenir tous les services et plus encore jusqu’en mars 2023.

“Nous pourrons maintenir la continuité de la programmation de la réponse à la pandémie, mais il y aura quelques modifications pour répondre aux besoins de la communauté… Notre objectif est d’assurer les meilleurs soins possibles”, a-t-il déclaré, notant les mêmes niveaux de dotation. ne sont pas entretenus.

« Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour poursuivre ce travail, mais nous avons dû prendre la décision de réduire le personnel occasionnel… Nous souhaitons (la programmation et la dotation) pourraient être plus robustes, mais nous continuerons à pousser.

Bond a déclaré qu’en fin de compte, les postes perdus s’élevaient à 12 postes d’infirmières à temps plein.

Dans une déclaration fournie à toronto.com, un porte-parole du ministère de la Santé de l’Ontario a indiqué qu’il avait toujours été entendu que le programme de financement d’urgence COVID-19 – qui a distribué plus de 37 millions de dollars – était temporaire et prendrait fin au cours de l’année à venir.

Ils ont déclaré que le ministère avait récemment fourni une injection de financement unique de 11,8 millions de dollars pour les soutiens de santé aux sans-abri. Inner City Health Associates devrait bénéficier de cet argent.

WD Lighthall, du ministère de la Santé, a indiqué que la province comprend qu’une « main-d’œuvre infirmière solide est essentielle pour soutenir la reprise de la province dans les mois et les années à venir ». Lighthall a noté que depuis mars 2020, l’Ontario a lancé des programmes d’urgence, qui ont ajouté plus de 8 450 professionnels de la santé au système.

« Ces programmes donneront également aux hôpitaux la capacité d’ajouter 6 000 autres prestataires supplémentaires aux hôpitaux qui en ont grand besoin pour soutenir les pressions de dotation en personnel dues à COVID-19, y compris le déploiement d’étudiants en soins infirmiers et d’autres prestataires de soins de santé en formation », ils a écrit.

La députée provinciale du Centre de Toronto, Suze Morrison, qui contacte la province et le ministère de la Santé pour rétablir le financement intégral des programmes de l’ICHA, a déclaré que la « pandémie n’est pas terminée » et qu’il est insensé de mettre fin à de précieux emplois en soins infirmiers maintenant.

“Nous sommes dans une sixième vague dont nous n’avons aucune idée de l’ampleur. Ce n’est peut-être pas le moment de couper les infirmières. Notre système de santé est au bord du gouffre », a-t-elle déclaré, ajoutant que couper près de 50 infirmières qui travaillent avec certains des résidents les plus marginalisés montre un « manque de leadership » de la part de la province.

« Ces travailleurs méritent un emploi permanent à temps plein pour ce qu’ils font dans notre communauté. Ils méritent cette sécurité.

Leave a Comment