Une infirmière suspendue pour avoir partagé publiquement les informations privées d’un étudiant transgenre | OUTInPerth

Une infirmière scolaire du Connecticut, qui a été suspendue de son travail pour avoir partagé publiquement les détails de santé privés d’un élève de 11 ans, est la nouvelle affiche du mouvement anti-transgenre.

Kathleen Cataford, une infirmière de 77 ans qui travaillait à l’école Richard K Kinsella Magnet à Hartford, dans le Connecticut, a été mise en congé administratif, après que des parents se soient inquiétés qu’elle ait fait des commentaires inappropriés en ligne à l’encontre d’étudiants LGBTQ+.

Le Dr Leslie Torres-Rodriguez, surintendant des écoles de Hartford, a déclaré que les commentaires de Cataford étaient “inappropriés” et comprenaient des détails sur les antécédents médicaux d’un élève spécifique.

“Nous maintenons tout notre personnel à un niveau élevé, en leur confiant d’être des gardiens et des leaders dans la communauté”, a déclaré Torres-Rodriquez dans une lettre aux parents.

“Il est inacceptable qu’un membre de notre communauté fasse en sorte qu’un élève ne se sente pas le bienvenu, en particulier quelqu’un qui a la responsabilité de servir de confident de confiance et l’obligation de préserver sa santé et son bien-être personnels.”

Dans un groupe Facebook pour les mères, Cataford (photo) a révélé qu’un enfant de onze ans à l’école était transgenre et recevait actuellement des médicaments bloquant les hormones.

L’infirmière de l’école a affirmé qu’il y avait une douzaine d’enfants à l’école qui s’identifiaient comme non binaires et que la plupart de leurs parents ignoraient leur statut de genre. Elle a décrit les enseignants et les travailleurs sociaux de l’école comme passant 37,5 heures par semaine à influencer les enfants.

Cataford a déclaré qu’elle ne croyait pas que les jeunes transgenres devraient avoir accès à un traitement médical, arguant que le cerveau des enfants n’est pas complètement développé avant d’avoir atteint le début de la vingtaine.

“La science nous dit que le cerveau des enfants continue de se développer jusqu’au début de la vingtaine, d’où les lois interdisant l’alcool, le tabac, le vapotage et le cannibis [sic]. Mais c’est bien d’injecter des hormones à des enfants prépubères confus et de pratiquer des mutilations génitales sur des adolescents ! Cataford a écrit.

L’école a réagi aux commentaires de l’infirmière lorsqu’elle a reçu une plainte des parents de l’enfant de 11 ans, qui ont critiqué l’école pour avoir agi rapidement.

«En tant que famille, nous sommes très heureux de la minutie et de la rapidité avec laquelle l’école et le district ont pris des mesures pour s’assurer que l’infirmière fait l’objet d’une enquête approfondie et pour assurer la sécurité et la confidentialité de notre enfant. Ils n’auraient pas pu faire mieux », a déclaré la famille dans un communiqué.

L’école comprend des élèves de la maternelle à la 12e année et se spécialise dans les arts de la scène. Dans les jours qui ont suivi l’incident, le surintendant du district scolaire a publié une vidéo pour la Journée de visibilité trans, rassurant les élèves sur le fait que leurs écoles s’engageaient à les mettre à l’aise, soutenus et accueillis.

L’organisation australienne Binary a déclaré que Kathleen Cataford avait été suspendue pour avoir dénoncé l’activisme transgenre dans le système éducatif.

Kirralie Smith, porte-parole du groupe, a reconnu que certains parents soutenaient le droit d’un enfant à la vie privée, mais a déclaré que les allégations d’activisme transgenre devaient faire l’objet d’une enquête approfondie.

« Les affirmations selon lesquelles “tous les élèves sauf deux” effectuent une transition sans que leurs parents ne le sachent ou n’y consentent sont alarmantes. Comment d’autres parents peuvent-ils défendre cela ? dit-elle.

« Enseigner aux enfants de la maternelle la sexualité est inapproprié et devrait être remis en question. Il est stupéfiant que le district scolaire préfère apaiser les militants transgenres plutôt que d’enquêter sur ces allégations. dit Smith.

OUTinPerth a contacté Katherine Cataford pour un commentaire.


Avez-vous besoin d’aide?

Si vous souffrez d’anxiété ou de dépression, vous pouvez obtenir de l’aide et des conseils auprès de :

QLife: 1800 184 527 / qlife.org.au (Webchat 15h – minuit)
QLife est un service de conseil et d’orientation pour les personnes LGBTQIA+.

DÉCHARGÉ: [email protected] / décharged.org.au
Discharged est un service de soutien dirigé par des personnes trans avec des groupes de soutien par les pairs pour les personnes trans et de genres divers.

Corde de sécurité: 13 11 14 / lifeline.org.au

Au-delà du bleu: 1300 22 4636 / www.beyondblue.org.au


Vous pouvez soutenir notre travail en vous abonnant à notre Patreon
ou contribuer à notre campagne GoFundMe.

Leave a Comment