Une infirmière perd son offre d’indemnisation après une attaque de chauve-souris à l’hôpital Civic

L’incident s’est produit trois jours seulement après le mariage de l’infirmière et les jeunes mariés avaient prévu de partir en lune de miel en Europe.

Contenu de l’article

Une infirmière nouvellement mariée qui a dû recevoir des vaccins contre la rage après avoir été attaquée par une chauve-souris dans le campus Civic vieillissant de L’Hôpital d’Ottawa a perdu sa candidature pour être indemnisée pour sa lune de miel gâchée.

Publicité 2

Contenu de l’article

“L’attaque non provoquée par une chauve-souris”, objet d’une audience d’arbitrage du ministère du Travail, s’est produite le 2 septembre 2019, alors que l’infirmière à temps partiel travaillait dans l’aile psychiatrique du bâtiment presque centenaire.

“Les images de sécurité montrent un gros objet ressemblant à un oiseau volant dans un couloir vide alors qu’une femme (vraisemblablement la plaignante) ouvre la porte et entre”, selon la décision d’arbitrage publiée en ligne la semaine dernière. “La femme, repérant immédiatement la chauve-souris, se couvre la tête et se recroqueville sur le sol, rampant jusqu’à l’autre bout de la pièce alors que la chauve-souris vole dans la pièce.”

L’infirmière s’est immédiatement rendue au service des urgences de l’hôpital car elle avait été griffée au bras lors de la rencontre. Mais elle ne pouvait pas dire si l’égratignure provenait de la chauve-souris, et cela n’était pas non plus clair dans la vidéo de sécurité qui, selon son syndicat, n’était mise à sa disposition qu’après un retard important.

Publicité 3

Contenu de l’article

Bien que la chauve-souris ait finalement été attrapée, elle a été relâchée sans tests appropriés pour la rage, a déclaré l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario, qui a déposé le grief au nom de la femme. Le Bureau de santé publique d’Ottawa n’a pas été contacté au sujet de l’incident, et il n’a pas non plus été signalé au ministère du Travail, a déclaré le syndicat.

«Étant donné la quasi-certitude de la mort d’une personne qui contracte la rage et la possibilité que la chauve-souris l’ait griffée, la plaignante et le personnel du service des urgences ont décidé le lendemain de l’incident qu’elle devrait subir la prophylaxie post-exposition contre la rage, qui comprend un série de vaccins sur une période de deux semaines », a écrit l’arbitre Lorne Slotnick dans son rapport.

L’attaque de chauve-souris s’est produite trois jours seulement après le mariage de l’infirmière et les jeunes mariés avaient prévu de partir en lune de miel européenne le 9 juillet. De plus, le marié avait embauché du personnel supplémentaire pour couvrir son travail au restaurant qu’il gérait, ajoutant 2 500 $ supplémentaires de coûts irrécupérables, a indiqué le syndicat.

Publicité 4

Contenu de l’article

L’ONA a déposé un grief auprès de L’Hôpital d’Ottawa au nom de l’infirmière, alléguant que l’hôpital avait enfreint la Loi sur la santé et la sécurité au travail en ne fournissant pas un lieu de travail sûr et en ne signalant pas correctement l’incident. Le grief demandait à l’hôpital de payer les frais du couple ainsi que des dommages non précisés.

«Le traitement lui-même était douloureux (aiguilles dans son visage et sa jambe) et a généré de multiples effets secondaires qui ont rendu la plaignante malade tout au long de la période de traitement et pendant une durée considérable après la fin du traitement le 17 septembre 2019, », indique le rapport de l’arbitre.

L’arbitre de grief a toutefois noté que « l’employeur déclare qu’il n’est pas d’accord avec la plupart des faits allégués par le syndicat ».

Publicité 5

Contenu de l’article

Une photo d'archive de l'extérieur du campus Civic sur l'avenue Carling.
Une photo d’archive de l’extérieur du campus Civic sur l’avenue Carling. Photo par Errol McGihon /Postmédia

Les chauves-souris ne sont pas étrangères aux quartiers du campus Civic. Dans un article de 2019 dans ce journal, une infirmière a décrit avoir trouvé une chauve-souris accrochée au rideau autour d’un lit, que le personnel a réussi à retirer sans réveiller le patient. Le personnel de sécurité de l’hôpital a même conçu son propre outil pour faire face aux appels des chauves-souris : une longue perche noire avec un filet à l’extrémité et un conteneur spécial pour chauves-souris.

Bien que le risque soit faible, les chauves-souris peuvent être porteuses du virus de la rage, une infection rare mais inévitablement mortelle. Les excréments de chauve-souris peuvent également contenir de l’Histoplasma capsulatum, un champignon qui peut provoquer des symptômes pseudo-grippaux. Le biologiste des chauves-souris Brock Fenton a déclaré en 2019 que les chauves-souris hospitalières étaient probablement de grosses chauves-souris brunes, une espèce commune et solitaire connue pour se percher dans les bâtiments.

Néanmoins, le grief de l’attaque de la chauve-souris a été une balançoire et un échec pour l’infirmière et son syndicat.

Publicité 6

Contenu de l’article

Le syndicat a fait valoir que les dommages causés au plaignant et les coûts encourus étaient la faute de l’employeur parce qu’il avait mal géré l’incident en omettant de tester la chauve-souris pour la rage. Cette négligence signifiait que l’infirmière devait supposer qu’elle était enragée et commencer le traitement, ruinant les projets de lune de miel. L’arbitre n’était pas d’accord, affirmant que, même si l’infirmière pouvait être indemnisée pour des blessures ou des congés, la législation ne lui permettait pas de se faire rembourser les frais de la lune de miel retardée. Il n’avait tout simplement pas compétence pour le faire, a écrit Slotnick.

“Je n’ai aucune raison de douter de la sincérité (de la plaignante) au sujet des troubles qui ont été causés dans sa vie à cause de l’incident avec la chauve-souris, ni de la sincérité de sa conviction que son employeur est responsable de ses coûts et de son stress”, a-t-il écrit. . « Comme tous les efforts collectifs, le système d’indemnisation des accidents du travail sans faute peut entraîner des désavantages pour certaines personnes, comme le plaignant ici, tout en profitant au plus grand nombre de personnes dans l’ensemble.

Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Leave a Comment