Les infirmières gagnent un grief contre les règles d’isolement COVID



Les travailleurs de la santé dont le test de dépistage de la COVID-19 est positif devront bientôt s’isoler plus longtemps en raison d’un récent règlement entre le Manitoba Nurses Union et Shared Health.

À compter du 6 avril, les travailleurs de la santé de toutes les régions sanitaires du Manitoba dont le test de dépistage du virus est positif doivent s’isoler pendant huit jours, le jour zéro signifiant l’apparition des symptômes ou un résultat de test positif. Si un travailleur de la santé est asymptomatique, le jour où son test est positif doit être considéré comme le jour zéro.

Le personnel de santé devra avoir un test négatif sur un test antigénique rapide le huitième ou le neuvième jour pour retourner au travail.

“Il est regrettable que la menace d’arbitrage ait été nécessaire pour obtenir des mesures conformes aux normes établies par les (US Centers for Disease Control) pour les établissements de santé.” – Darlène Jackson

“Nous sommes satisfaits du résultat du grief car il reflète la conclusion des experts médicaux consultés”, a déclaré Darlene Jackson, présidente du MNU, dans un communiqué. “Il est regrettable que la menace d’arbitrage ait été nécessaire pour obtenir des mesures conformes aux normes établies par les (US Centers for Disease Control) pour les établissements de santé.”

Début janvier, Shared Health a annoncé une période d’isolement plus courte au cours de laquelle les agents de santé entièrement vaccinés qui ont été testés positifs pourraient retourner au travail le lendemain d’une période d’isolement de cinq jours, à condition que l’individu n’ait pas eu de fièvre pendant 24 heures.

Partout dans la province, les installations ont été poussées à la limite pour remplir les quarts de travail car les travailleurs sont tombés malades et leurs collègues ont fait des heures supplémentaires et des doubles quarts de travail.

Jeudi, un porte-parole de Shared Health a déclaré que les protocoles manitobains relatifs au COVID-19 étaient étroitement alignés sur l’évolution des données et des preuves.

“C’est pourquoi le CDC a clairement indiqué que cela ne devrait être mis en œuvre qu’en cas de crise de personnel d’urgence.” – Darlène Jackson

“Les experts locaux en prévention et contrôle des infections et en santé au travail examinent régulièrement les directives mises à jour des organismes nationaux et internationaux et font des recommandations pour les mises à jour locales le cas échéant”, a écrit le porte-parole dans un e-mail.

Jackson a fait valoir que les infirmières étaient préoccupées par les risques associés au retour prématuré au travail après une infection au COVID.

“C’est pourquoi le CDC a clairement indiqué que cela ne devrait être mis en œuvre qu’en cas de crise de personnel d’urgence”, a déclaré Jackson.

Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont estimé qu’une période d’isolement de cinq jours, sans test négatif, n’était appropriée qu’en cas de pénurie critique de personnel. Le syndicat des infirmières, qui représente environ 97 % des infirmières syndiquées de la province, soutient que la situation actuelle en matière de dotation en personnel au Manitoba ne justifie pas des périodes d’isolement abrégées.

En plus des espoirs de réduire la transmission du virus dans les établissements de santé, le syndicat des infirmières estime que ce règlement favorisera un lieu de travail plus sain pour le personnel.

“L’employeur n’a pas fait cette annonce ou cette reconnaissance et, par conséquent, le MNU a été contraint d’agir dans l’intérêt de la sécurité des patients et des infirmières”, indique le communiqué de Jackson.

Le porte-parole de Shared Health a déclaré que «les directives de retour au travail pour les travailleurs de la santé ont évolué au cours de la pandémie, équilibrant les mesures préventives nécessaires avec les efforts pour maintenir les niveaux de dotation en personnel pour des soins appropriés aux patients, aux résidents et aux clients».

Le CDC souligne la nécessité pour les professionnels de la santé de suivre des périodes d’isolement différentes de celles du public en raison de la nature du travail. La province a levé sa période d’auto-isolement obligatoire pour le public le 15 mars, ainsi que toutes les autres mesures de santé publique.

En plus des espoirs de réduire la transmission du virus dans les établissements de santé, le syndicat des infirmières estime que ce règlement favorisera un lieu de travail plus sain pour le personnel.

Les règles d’isolement abrégées de janvier incluaient la condition selon laquelle les travailleurs de la santé qui venaient de retourner au travail après l’isolement évitent de prendre des pauses dans les espaces communs pendant les jours six à 10.

Le syndicat des infirmières a fait valoir que cette réglementation obligeait les travailleurs à rechercher d’autres endroits pour se reposer, manger et s’hydrater. Le syndicat a déclaré que dans ces conditions, un travailleur pouvait se trouver dans l’impossibilité de faire une pause s’il n’existait pas une telle zone.

Shared Health travaille à la mise en œuvre des nouvelles directives de retour au travail pour les travailleurs de la santé et publiera plus de détails avec chaque région sanitaire dans les prochains jours, a déclaré un porte-parole.

fpcity@freepress.mb.ca

Katlyn Streilein
Journaliste communautaire

Katlyn Streilein est reporter/photographe pour la Free Press Community Review. Elle peut être jointe par téléphone au 204-697-7132 ou par courriel à katlyn.streilein@canstarnews.com

Leave a Comment