Le pétrole kazakh est un autre casse-tête pour les principaux producteurs occidentaux dans le cadre de la guerre en Ukraine

  • La Russie ferme des quais d’exportation de pétrole au terminal CPC
  • La plus grande entreprise pétrolière du Kazakhstan réduit sa production
  • Le stockage CPC peut atteindre sa capacité maximale – commerçants
  • CPC exporte 1,2% de la demande mondiale de pétrole

LONDRES, 25 mars (Reuters) – Les revenus des principales compagnies pétrolières occidentales sont touchés alors que les perturbations dans un port russe de la mer Noire obligent les producteurs à réduire la production des champs pétrolifères géants du Kazakhstan, soulignant le risque croissant d’approvisionnement mondial après l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Chevron (CVX.N), Exxon Mobil (XOM.N), Shell (SHEL.L), TotalEnergies (TTEF.PA) et l’Italien Eni (ENI.MI) font partie des entreprises internationales qui ont des participations dans les champs pétrolifères du Kazakhstan.

Plus de 80% du brut du pays d’Asie centrale est exporté via le pipeline Caspian Pipeline Consortium (CPC) vers le port de Novorossiisk, fournissant environ 1,2% de la demande mondiale de pétrole.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

L’opérateur du port a fermé mercredi deux des trois postes d’amarrage du terminal d’exportation CPC, accusant les dommages causés par une récente tempête, bien que les chargements aient partiellement repris à partir d’un jeudi. Lire la suite

Chevron (CVX.N), l’opérateur de la plus grande entreprise pétrolière du Kazakhstan, Tengizchevroil (TCO), a déclaré vendredi qu’il réduisait sa production en raison des travaux de réparation imprévus à Novorossiisk. Lire la suite

L’entreprise n’a pas fourni de détails sur l’ampleur des réductions de production.

Et le stockage au terminal CPC approchait de sa pleine capacité, ont déclaré des commerçants.

Des sources connaissant le terminal ont déclaré qu’il était peu probable que les postes d’amarrage du site aient été considérablement endommagés par les tempêtes, qui ont été construits pour résister aux intempéries, pointant plutôt la politique russe face aux lourdes sanctions occidentales. Lire la suite

Les responsables russes de l’énergie ne font généralement pas de commentaires sur le pipeline CPC, qui est géré par un consortium international. Un porte-parole de Chevron, qui exploite le pipeline CPC, a précédemment refusé de commenter la raison des fermetures.

Le pipeline de 1 511 kilomètres de long exporte environ 1,1 million de barils par jour, soit l’équivalent d’environ 140 millions de dollars sur la base des prix actuels du pétrole. Ses propriétaires comprennent également Exxon, Eni, Shell, la société d’énergie domestique KazMunayGas et l’opérateur de pipeline russe Transneft.

Les barils comprennent les quelque 700 000 barils par jour produits à partir de TCO, dans laquelle l’opérateur Chevron détient une participation de 50 % tandis qu’Exxon détient 25 %.

CPC est également la principale voie d’exportation du champ pétrolifère de Kashagan avec une production d’environ 400 000 bpj.

Il n’était pas clair si la production avait été réduite dans les champs pétrolifères de Kashagan et de Karachaganak.

Le TCO représentait plus de 10 % de la production de Chevron l’an dernier à 338 000 barils par jour. Pour Exxon, le Kazakhstan représentait 210 000 bpj en 2020, soit près de 10 % de la production totale de pétrole de l’entreprise.

Shell a refusé de commenter. Exxon, Eni et TotalEnergies n’ont pas répondu à une demande de commentaire.

Graphiques Reuters
Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Ron Bousso Montage par David Goodman, Kirsten Donovan

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Leave a Comment