Dentiste à travailler sous surveillance après des plaintes de dentier

Un technicien DENTAIRE qui avait auparavant une carrière « sans tache et louable » a reçu l’ordre de travailler sous supervision pendant les 15 prochains mois à la suite de quatre plaintes de patients concernant des prothèses dentaires mal ajustées.

Christopher Gower, qui travaille actuellement chez Petre Dental à Clayton-Le-Moors, doit travailler dans de nombreuses conditions pendant qu’une enquête du Conseil dentaire général est menée, à la suite d’une décision du Comité des ordonnances provisoires.

Les plaintes ont été déposées en 2020 et concernaient des soins prodigués entre juin 2018 et décembre 2019, et provenaient de quatre patients « vulnérables et âgés ».

Au moment où les plaintes ont été déposées, l’audience – tenue le 25 mars – a entendu M. Gower estimait que son lieu de travail, supposé être Artisan Smiles à Colne, avait un “environnement toxique”.

Chacun des quatre patients a déclaré que son dentier était mal ajusté; ceux d’une personne étaient “trop ​​gros et poreux”, ceux d’un autre qui coûtaient 875 £ étaient “si douloureux qu’il ne pouvait pas manger”.

Le troisième a déclaré que M. Gower avait annulé des rendez-vous, s’était plaint du temps qu’il avait mis pour obtenir son dentier et qu’il lui avait également avoué qu’il avait laissé tomber et cassé son dentier.

La quatrième a déclaré que la couleur de son dentier était “terne et grise” et “avait l’air vraiment fausse”, et aussi “la laissait à l’agonie et incapable de manger”.

Elle a affirmé qu’il n’avait pas résolu les problèmes et avait également emporté ses dossiers avec lui afin qu’aucun autre dentiste ne puisse les voir, et lors de l’obtention d’un deuxième avis, il a été conclu que ses prothèses étaient «mal faites».

Lors de l’audience, un M. Renteurs, au nom de M. Gower, a déclaré avoir fait une longue carrière dans le domaine des prothèses dentaires, commençant en 2004 avant de se qualifier en tant que technicien dentaire clinique en 2014.

Au cours de ses 18 ans de carrière, M. Gower a eu une carrière “sans tache et louable” sans aucune autre plainte portée contre lui, et il a continué à pratiquer sans restriction depuis que les incidents ont été signalés sans qu’aucune autre plainte n’ait été déposée.

Au nom du Conseil dentaire général, M. Micklewright a déclaré qu’il y avait des preuves de “préoccupations importantes concernant plusieurs patients sur une période de temps relativement courte, avec des preuves que ces patients recevaient un niveau de soins considérablement médiocre”.

Le comité a tranché en faveur de M. Micklewright en disant qu’il y avait “des preuves claires d’un risque de préjudice pour les patients” si M. Gower pratiquait sans restriction, mais cela peut être réexaminé pendant que l’enquête se poursuit.

Les conditions provisoires de 15 mois imposées à M. Gower incluent la nécessité d’être supervisé chaque fois qu’il fournit des services dentaires, la tenue de registres de traitements et de suivi qui doivent être envoyés au GDC, et des réunions hebdomadaires avec son superviseur concernant la qualité de son travail.

La commande peut être réexaminée après six mois; l’enquête du GDC sur les plaintes contre M. Gower est en cours.

Petre Dental à Clayton-le-Moors a été approché pour commentaires. Le Lancashire Telegraph a tenté de contacter Artisan Smiles à Colne à plusieurs reprises pour obtenir des commentaires, mais sans succès.

Leave a Comment