Maux de tête après vaccination contre le COVID-19

Le mal de tête est un trouble courant et la douleur à la tête est une expérience courante dans la vie de presque tout le monde. La prévalence des maux de tête dans l’année est de 43 % chez les personnes âgées de moins de 50 ans, et un jour donné, 6 à 17 % des personnes de tout âge peuvent avoir des maux de tête. Comme toutes les vaccinations, y compris celles visant à protéger contre le SARS-CoV-2 (le virus responsable du COVID-19), il peut y avoir des effets secondaires.

Notre dernière revue systématique de la littérature avec méta-analyse évalue les occurrences de maux de tête en développement après la vaccination contre la COVID-19. Nos résultats sont basés sur 84 essais cliniques testant l’efficacité, l’efficacité et la sécurité des vaccins qui ont été développés entre 2020 et 2021, pour un total de 1,57 million de personnes recevant un vaccin ou un placebo.

Dans la semaine suivant la première administration, 22 % des vaccinés ont développé des maux de tête, tandis que 10 % des sujets ayant reçu le placebo ont signalé des maux de tête. Après la deuxième administration, ces pourcentages s’élèvent à 29 % et à 12 % chez les vaccinés et les placebos, respectivement. Les maux de tête sont le troisième effet secondaire le plus courant, le plus courant étant la douleur au site d’injection.

Généralement, la durée d’apparition des céphalées dans le premier jour suivant l’injection est inférieure à 24 heures, d’intensité modérée et bénéficie d’un traitement par l’acide acétylsalicylique. Elle est bilatérale (c’est-à-dire des deux côtés de la tête) dans 70 à 75 % des cas, et 30 à 40 % des patients décrivent une qualité pulsatile. L’aggravation par l’activité est le symptôme d’accompagnement le plus courant, suivi de la phono/photophobie (c’est-à-dire d’être gêné par la lumière et le bruit) et des nausées.

Pris dans leur ensemble, les caractéristiques d’un tel mal de tête ne ressemblent pas à un mal de tête de type migraineux dans la plupart des cas ; cependant, dans environ un tiers des cas, les caractéristiques migraineuses semblent être présentes, et cela semble être beaucoup plus fréquent chez les personnes souffrant de migraine préexistante.

Les causes des maux de tête après la vaccination contre le SRAS-CoV-2 sont mal connues. Cependant, il semble lié à une réponse inflammatoire systémique avec un mécanisme encore incertain, et il s’agit d’un mécanisme réversible : en d’autres termes, il se résoudra en quelques heures.

Très peu d’exceptions anecdotiques à cette céphalée post-vaccinale non sévère et réversible ont été décrites comme des rapports de cas de complications de la vaccination, en particulier des cas de thrombose veineuse cérébrale associée à une thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (VITT). Les principales différences par rapport à la céphalée « normale » associée au vaccin résident dans l’apparition tardive (5 à 10 jours) et la description de la céphalée comme sévère, progressive et résistante au traitement.

En somme, le mal de tête est un effet secondaire courant de la vaccination après le SRAS-CoV-2, et il s’agit presque toujours d’un effet non grave. Il se présente le premier jour et disparaît en un jour avec alitement ou acide acétylsalicylique dans 18 à 27 % des cas après la première dose et dans 23 à 35 % après la deuxième dose. Elle peut avoir des caractéristiques migraineuses dans environ un tiers des cas, en particulier chez les personnes qui souffrent déjà de migraine.

Leave a Comment