Les patients diabétiques doivent faire preuve de prudence en matière de santé pendant le Ramadan

Par le Dr Mohammed Najeeb Shahzore

Pendant le mois sacré du Ramadan, les musulmans du monde entier jeûnent de l’aube au crépuscule. Non seulement ils s’abstiennent de manger et de boire, mais aussi de certaines habitudes et comportements.

Le jeûne est l’un des cinq piliers de l’islam, mais la religion dispense de jeûner les personnes souffrant de maladies chroniques. Néanmoins, de nombreuses personnes atteintes de diabète choisissent encore de jeûner, ce qui pourrait nuire à leur santé. Les heures de repas changent et les personnes atteintes de diabète, comme tout le monde, consomment des aliments riches en graisses saturées et en sucres, comme les sucreries et les aliments frits. Le jeûne pendant la journée et les festins la nuit entraînent de fortes fluctuations de la glycémie qui peuvent devenir problématiques. Cela a conduit les diabétiques à demander : « Puis-je jeûner ce Ramzan ?

Avant de répondre à cette question, nous devons savoir ce qui arrive aux diabétiques pendant le jeûne.

Académie d'éducation MS

Cette année, le Ramadan commence le 3 avril et comprend 13 à 14 heures de jeûne. Un si long intervalle entre les repas peut entraîner des changements métaboliques dans le corps, déclenchant certaines complications. La restriction hydrique entraîne une déshydratation et des fluctuations de la glycémie, qui peuvent être basses ou élevées. Une baisse de la glycémie, connue sous le nom d’hypoglycémie, peut provoquer de la somnolence, des convulsions ou une perte de conscience. Une glycémie élevée, connue sous le nom d’hyperglycémie, peut provoquer une vision floue, des maux de tête, une fatigue accrue et la soif. Ensemble, l’hyperglycémie et la déshydratation peuvent précipiter la formation de cétones (acides) dans le sang, entraînant une affection appelée acidocétose diabétique (ACD), qui provoque des douleurs abdominales, des vomissements, une déshydratation, une confusion et même un coma. La déshydratation elle-même peut provoquer une thrombose (caillots sanguins) chez les personnes atteintes de diabète non contrôlé.

Alors, qui peut ou ne peut pas jeûner à Ramzan ?

La Fédération internationale du diabète, par l’intermédiaire de son groupe de travail Ramzan appelé DAR (Diabetes and Ramzan) a publié des directives sur qui peut ou ne peut pas jeûner. L’Université Al-Azhar (Jamia Al-Azhar Shareef) d’Égypte, la plus haute autorité en matière d’édits religieux (fatwa) a ratifié ces directives. Les patients diabétiques souhaitant jeûner pendant le Ramadan sont classés en catégories à faible risque, à risque modéré et à haut risque. Veuillez visiter le site Web de DAR (https://daralliance.me) pour des informations détaillées et pour télécharger leur calculateur de risque de jeûne. Il existe également une application utile pour Android et iPhone disponible sur le site Web.

Les médecins conseillent aux personnes atteintes de diabète à haut risque pour les conditions mentionnées ci-dessus de ne pas jeûner. Cela inclut ceux qui ont eu une hypoglycémie sévère ou une ACD dans les 30 jours précédant le Ramadan et ceux qui souffrent de diabète de type 1 ou d’hypoglycémie récurrente. Les personnes âgées et les personnes souffrant de complications telles qu’une maladie rénale chronique (insuffisance rénale) et les diabétiques enceintes et recevant des injections d’insuline sont également à haut risque et ne doivent pas jeûner.

La plupart des personnes atteintes de diabète de type 2 et sans complications peuvent jeûner sur avis médical, mais elles doivent vérifier leur glycémie tout au long de la journée – heure de Sehri (repas avant l’aube), 12h00, 16h00, heure de l’Iftar, 2 heures après l’Iftar, et quand ils ne se sentent pas bien.

Selon la Fédération Internationale du Diabète et la Jamia Al-Azhar Fatwa, il est conseillé aux patients diabétiques de rompre leur jeûne s’ils souffrent de : 1) Hypoglycémie : la glycémie chute en dessous de 70 mg/dL avec ou sans symptômes, c’est-à-dire étourdissements, faim, irritabilité, confusion. , et un rythme cardiaque plus rapide, 2) Hyperglycémie : la glycémie dépasse 300 mg/dL avec ou sans symptômes, c’est-à-dire bouche sèche, augmentation de l’urine et soif, et 3) présence de symptômes de maladie aiguë tels que fièvre, diarrhée, vomissements et/ ou d’épuisement. Si cela se produit, consultez immédiatement votre médecin.

La plupart des médicaments antidiabétiques et de l’insuline nécessiteront des ajustements de dose ou un changement de calendrier pendant Ramzan pour jeûner en toute sécurité. Les patients doivent également veiller à ne pas arrêter l’insuline par eux-mêmes. Par conséquent, il est important de consulter votre médecin avant Ramzan pour obtenir des conseils d’experts liés à l’alimentation et aux médicaments.

Régime pendant le Ramadan

Les personnes atteintes de diabète souhaitant jeûner doivent intégrer une alimentation saine et équilibrée pendant le Ramadan. Au moment de Sehri, incluez des aliments à faible indice glycémique et riches en fibres comme le riz brun, le pain brun et les légumes. Les œufs, le dal et la viande vous nourrissent de protéines essentielles et n’augmentent pas la glycémie. N’oubliez pas de rester hydraté. Évitez la caféine, les boissons et jus sucrés, les desserts et les aliments frits. Mangez moins de dattes car elles sont riches en fructose, qui est plus sucré que le glucose, ce qui augmentera la glycémie. Assurez-vous que l’iftar ne devienne pas une fête.

Les personnes atteintes de diabète ne doivent pas faire d’exercice pendant le jeûne. Ils peuvent faire de l’exercice après l’Iftar. Avant, pendant et après leurs séances d’entraînement, ils doivent rester bien hydratés et vérifier leur glycémie pour s’assurer qu’elle se situe dans une plage acceptable, généralement entre 140 et 180 mg/dL.

La spiritualité, la religiosité et les croyances personnelles sont des composantes importantes des déterminants sociaux qui affectent les comportements de santé des patients et l’adhésion aux traitements. Mais s’il est bien fait, le Ramadan est un bon mois pour la désintoxication, le contrôle de la glycémie et la perte de poids. Alors, profitez-en au maximum.

Dr Najeeb est Division.un médecin spécialiste basé au Koweït à JGH Endocrinology & Diabetes

Leave a Comment